Ministre au service des français

En mai 2002, après m’être engagé de toutes mes forces pour la réélection de Jacques Chirac je deviens secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement.

Je reste porte-Parole durant tout le quinquennat. C’est une fonction exigeante, surtout que Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, m’avait fixé la règle du jeu : « Les bonnes nouvelles, c’est pour moi ; les mauvaises nouvelles, c’est pour toi ! ». En 5 ans de porte-parolat, présent dans les innombrables moments de crise, de la deuxième guerre d’Irak en 2003 aux émeutes urbaines de 2005 en passant par la canicule de 2003 ou le débat sur le CPE en 2005-2006, j’ai beaucoup vu et beaucoup appris sur le fonctionnement d’un gouvernement.

Puis j’ai été Ministre délégué au Budget et à la réforme de l’Etat dans le gouvernement de Dominique de Villepin à partir de novembre 2004. Je me suis investi sans compter dans cette mission, parfois ingrate, mais si importante pour les Français. Ma plus grande satisfaction est d’avoir diminué la pression fiscale grâce à une action énergique de chasse aux dépenses inutiles. Nous avons lancé des audits qui ont amorcé un grand mouvement de réforme de l’Etat. Le taux de prélèvement obligatoires est ainsi passé de 44,1% du PIB en 2005 à 43,7% en 2007. Je suis d’ailleurs le dernier Ministre du Budget à avoir baissé en même temps les dépenses publiques, la dette, le déficit et les impôts ! De cette expérience, j’ai tiré la conviction qu’une réduction drastique des dépenses est possible tout en améliorant la qualité du service public et en rendant de la liberté et du pouvoir d’achat aux Français.

En parallèle, j’ai voulu moderniser l’administration fiscale. Nous avons lancé un plan sans précédent de développement de l’administration en ligne et de simplification des démarches : la première déclaration des revenus pré-remplie, c’était en 2006 ! Autre première : la certification des comptes de l’Etat par la Cour des Comptes en 2007 pour l’exercice budgétaire 2006. Une vraie avancée démocratique.

Ce quotidien d’un Ministre, je l’ai raconté sans détours dans Promis, j’arrête la langue de bois.

Partager cet article

Génération FranceLire cet article

J’ai la conviction que la politique n’est noble que dans les réponses qu’elle (...)

Pour recevoir l'actualité de
Jean-François Copé

Ma Newsletter