Blog

Pourquoi ce blog ?

En juin 2014, je me suis demandé si je devais tout arrêter. Renoncer face à la violence des attaques, l’ampleur des calomnies. Bien sûr, j’avais parfois été caricatural. Mais là, j’étais tellement caricaturé, sali. A quoi bon continuer ? En avais-je l’envie, la capacité, la force même ? Je me suis longuement posé ces questions. Sérieusement, en conscience.

Jusqu’à présent, ma conception de la politique avait été celle d’un parcours initiatique au service de mon pays, avec une progression palier par palier : maire, député, ministre, président de parti…

Là, tout s’effondrait brutalement. Trop de violence, de jalousie, de haine.

Si malgré les injures et les mensonges publics, je souhaitais poursuivre le combat au service de cette France qui m’a tant donné, alors je ne pouvais plus faire l’économie d’une profonde remise en cause. Une remise en cause que je sentais nécessaire depuis longtemps, mais que j’avais toujours reportée, par manque de temps et aussi peut-être, avouons-le, par manque de volonté.

Bien sûr, j’ai passionnément aimé présider ma famille politique. J’ai aimé le choc des idées, la chaleur humaine des militants, leur engagement total, désintéressé, courageux. La politique, c’est la réflexion puis l’action. Mais ce sont aussi des rencontres, une grande aventure humaine. Pourtant, de là où j’étais, les limites de la politique à « l’ancienne » m’apparaissaient clairement. Des limites qui n’épargnent personne et qui concernent tous les partis, des plus centristes aux plus extrêmes : le peu d’emprise des appareils partisans hors du petit monde politique, les combinaisons et la lutte des egos plus forte que la formulation de solutions pour les Français, la recherche de compromis au prix d’incompréhensibles contorsions idéologiques, le goût irrésistible de la petite phrase « qui tue », la course aux matinales et aux chaînes infos, le décalage grandissant entre les beaux discours parisiens et la réalité du quotidien en France… Mais comment changer tout cela quand on est accaparé par les servitudes d’un parti politique ?

Alors, ce recul politique qui s’impose, oui, c’est une épreuve. Mais si, paradoxalement, cette épreuve était aussi une vraie chance ?

Une chance pour souffler. Pour redevenir moi-même. Pour trouver des réponses à la question lancinante que me posaient, un peu tristement, tant de mes administrés à Meaux : « pourquoi l’homme que l’on connait et que l’on aime ici, apparaît-il si différent, si arrogant à la télé ? » Une chance pour comprendre aussi et surtout quelles peuvent être les racines de ce malaise qui sinistre la politique et désenchante notre pays.

Dès l’été, j’ai pris ma voiture avec ma famille et nous sommes partis retrouver un peu de ce contact simple, direct et franc, avec les Français. Ce contact qui me manquait tant dans le tourbillon médiatique parisien.

Nous sommes allés dans ce Massif central qui a donné Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac à la France. J’ai vu des gens heureux dans leur vie personnelle mais souvent déçus, désabusés, voire dégoûtés par la politique. J’ai vu des Français résignés ou désespérés qui ne voyaient plus d’issue pour notre pays, qui s’inquiétaient pour leurs enfants. J’ai entendu, ce sont leurs mots, des compatriotes qui me disaient, sans haine mais froidement : « on ne vous croit plus », « la droite et la gauche, c’est pareil, ça fait trente ans qu’elles échouent », « il ne nous reste plus qu’à renverser la table », « si on ne réagit pas maintenant, après nous serons foutus… »

Je les ai longuement écoutés. J’ai réalisé que mon devoir était de comprendre et d’analyser ce désespoir. De ne pas le rejeter. D’assumer un regard critique sur nos échecs. De me mettre à l’écoute, de chercher, de trouver avec eux des solutions pour sortir de l’impasse. En un mot, de faire de la politique autrement.

Alors je me suis astreint à une discipline : du silence, du travail, du terrain. Plus de politique politicienne. Plus de médias. Du fond. Prendre le temps.

J’ai pris mon bâton de pèlerin. Depuis près de 9 mois maintenant, je parcours cette France dite « périphérique » : Cantal, Cher, Dordogne, Oise, Corrèze, Vaucluse, Nord… Cette France si belle, mais parfois délaissée où les Français qui y vivent se sentent souvent tenus à l’écart, victimes de la mondialisation, alors qu’ils possèdent en eux tant d’atouts et d’énergie. Je rencontre aussi des chercheurs ou des entrepreneurs « connectés », leaders dans leurs domaines, qui réfléchissent parfois à construire leur avenir ailleurs. J’échange avec des experts qui se projettent dans les 30 ans qui viennent. Génération France, club que j’ai lancé en 2006, a entamé un cycle régulier de réflexions passionnantes, avec une liberté d’expression totale, sur l’Education, la politique internationale, la lutte contre le terrorisme… Avec mon équipe municipale, j’ai redoublé d’efforts à Meaux, cette ville populaire et généreuse, que j’aime profondément. Un concentré de France planté dans la Brie, mais à quelques kilomètres de Paris. Je donne un cours à Sciences-po. Certains étudiants sont français, la plupart sont étrangers. On y parle d’économie, de droit, de mondialisation. C’est l’occasion d’une stimulante émulation intellectuelle. D’une ouverture sur le monde. Et puis je me rends aussi à l’étranger pour m’inspirer de ce qui fonctionne là-bas, sans jamais oublier que tout n’y est pas forcément toujours plus beau qu’en France.

Cette recherche ne fait que commencer. A ce stade, les questions sont toujours plus nombreuses que les réponses. Cette démarche ne doit pas être solitaire. Je vais donc la poursuivre, ici, avec vous, sur ce blog. Dans un esprit libre et collectif. Avec patience, humilité et interaction. Parce que la France de demain n’a pas besoin d’un homme providentiel, mais a d’abord besoin de croire viscéralement en elle et d’inventer ensuite des solutions partagées qui la remettent debout. Ensemble nous devons créer les conditions d’un sursaut français. C’est plus tard, une fois cette réflexion achevée, que viendra pour moi, à nouveau, le temps de l’action.

Au travail !

A très bientôt.

Partager cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Commentaires

  • MONTEIL

    , par MONTEIL Répondre

    Alors, Bonjour Monsieur Copé, heureuse de pouvoir enfin interagir avec un élu de droite !
    Je veux bien échanger ma place avec ces gens qui se sentent oubliés, vraiment ! j’aimerai bien être oubliée moi aussi ! j’en rêve !.. personnellement, je trouve qu’il y a VRAIMENT TROP d’État en France, nous sommes trop étouffés par les directives, normes, lois, décrets, changements tous les six mois de règles, trop d’impôts, trop de restrictions, trop de misérabilisme, trop de victimisme, trop de ras le bol !

    Quand vous interposez une norme européenne dans le droit français pourquoi avez vous toujours, vous législateurs, ce toc qui est de pondre des milliers d’amendements qui, au bout du compte, compliquent tellement les choses que ça freine l’inovation, l’investissement, la créativité et l’énergie pour grandir la France… ? et après, les plus « esseulés » de ce pays, accusent l’UE… schizophrénie politique ?

    Pourquoi la France reste enracinée dans ce misérabilisme qui est de toujours redistribuer des miettes de NOS impôts au plus fragiles….sans jamais mettre en place des aides concrètes, pragmatiques, d’émancipation, de responsabilisation, ..?

    Vous devriez lire ce livre « vivre sans violences ? » écrits par
    Micheline Christen, Charles Heim, Michel Silvestre, Catherine Vosselier-Novelli.
    expérience de terrain de prise en charge d’êtres humains en perte de repères, sombrant dans la violence au quotidien…(expérience québécoise mise en pratique en France avec des résultats positifs en collaboration avec l’UDAF13)….

    chercher des solutions POSITIVES.. faites la promotion de ce qui fonctionne ! Offrez une vision optimiste aux gens, une vision responsable dans laquelle tout le monde peut se sentir concernée, sans clientélisme, sans sectarisme…considérer les français comme une entité pleine et entière avec ses différences mais aussi ses aspects positifs. Le premier parti social français était de droite…(PSF), qui demandait le droit de vote pour les femmes, le général de Gaulle nous l’a offert en 1945, il y a 70 ans, alors que la gauche avait peur de notre vote « conservateur »…l’instinct maternel faisant peur à la gauche (c’est d’actualité avec leur libertarisme débridé actuel)….
    remettre des valeurs en place ne veut pas nécessairement dire, regarder en arrière ! bien au contraire… préserver des fondations pour préserver celles de nos enfants… !

    J’espère que je serais publiée, vraiment ! nous sommes nombreux à droite à attendre beaucoup de la droite, quelque soit le nom que prendra notre parti dans quelques semaines !

    Merci pour cette possibilité de pouvoir s’exprimer !
    S.Monteil

  • Berel

    , par Berel Répondre

    M. Copé,
    Ce début d’introspection, à vrai dire forcé par les circonstances mais peut-être salutaire, est un exercice rare de la part d’un homme politique et il y a tout lieu, pour un citoyen, de vous en féliciter… mais aussi, sans doute, de vous encourager à le poursuivre.
    Je ne compte pas spécialement parmi vos partisans et ne suis affilié, ni formellement ni par le vote, à aucun parti. Il m’est arrivé de voter à droite, il m’est arrivé de voter à gauche, de même que de voter « centriste » et « écologiste ». En un mot comme en cent je fais partie de ces électeurs qui cherchent une voie pour leur pays, et qui par conséquent, s’avèrent « versatiles » dans les urnes. Un gibier difficile pour les instituts de sondage, mais qui fournit la clientèle privilégiée des campagnes électorales.

    Aux expressions de désarroi que vous avez pu percevoir en Auvergne, je me permettrai donc, puisque vous nous incitez au débat, d’en rajouter une, que j’exprimerai frontalement : la France est un pays où l’on prépare l’arrivée au pouvoir du Front National.
    On la « prépare », il n’y a plus d’autre mot. Il y a une volonté collective qui s’exprime là, et qui peut-être irrigue, inconsciemment, les etats-majors politiques. Car tout y concourt : au premier chef, l’abandon des thèmes de la laïcité et de l’intégration par les grands partis de gouvernement. Quand on parle de « forcer la mixité », on y concourt encore. Quand on se propose de réflechir à l’ « identité nationale », sans s’en donner sérieusement les moyens, et en instrumentalisant grossièrement le débat, aussi.
    Le temps du plaidoyer raisonné, face à cette triste dynamique, parait dépassé. Ni l’UMP, ni le PS ne peuvent brandir des bilans jugés derisoires pour justifier leur inefficacité cumulée devant ce double péril, qui se nourrit lui-même : anxiété devant un modèle communautariste qui pousse ses recettes dans tous les compartiments de la vie collective, d’un côté ; montée des extrêmes en réaction, de l’autre. ce moteur-ci en revanche tourne très bien, on le voit tous les jours.
    il est tres probable que les grands partis de gouvernement aient déja perdu l’occasion de réagir. Nombre de nos concitoyens les considèrent maintenant comme des forces du passé, des constructions « hors-sols ». Et le front national est seul revendiquant du réel.
    Que vous inspirent ces tendances, que vous avez certainement pu observer ?
    Cordialement.
    Un citoyen-électeur-contribuable.

  • Petites phrases

    , par Petites phrases Répondre

    Cher Monsieur
    je salue votre courage et votre abnégation à revenir dans ce monde politique qui ne vous a pas épargné. Beaucoup vous ont tourné le dos. Je ne suis pas de cela.
    Bravo à vous.
    Continuez, nous avons besoin de vous.
    Cordialement.

Le centenaire de la bataille de la Marne – Musée de la Grande Guerre du pays de MeauxLire cet article

Retrouvez ci-dessous mon discours, hommage à nos soldats et aux valeurs qui (...)