Parlons culture...

La salle de spectacle du Radiant-Bellevue, à Caluire-et-Cuire près de Lyon, c’est d’abord un lieu et une architecture. Une vue exceptionnelle sur la vallée de la Saône. Un belvédère surplombant le fleuve. Une telle abondance de verdure sauvage qu’on a du mal à se croire à quelques encablures de la troisième ville de France. Et puis un bâtiment moderne, aéré, avec de grandes baies vitrées ouvertes sur l’extérieur, tout en courbes et lignes brisées, à la fois en rupture et en harmonie avec son cadre naturel… Une invitation à la contemplation.

Le Radiant-Bellevue, c’est aussi et surtout un homme, Victor Bosch, son directeur que j’ai rencontré lors de mon périple dans le Rhône. Voix basse de rockeur. Accent catalan rocailleux. Carrure de catcheur. Sourire franc et entier. Une chaleur communicative, un côté bon vivant, sympa et charmeur ! Une personnalité du monde de la culture. Batteur du groupe de rock Pulsar dans les années 1970. Capable d’exceller dans l’organisation d’évènements de musique classique (Festival Berlioz) ou de Variétés (il produit Francis Cabrel, Alain Souchon ou Laurent Voulzy… des artistes que j’adore !), fondateur de la salle mythique du Transbordeur à Villeurbanne et producteur de grandes comédies musicales comme « Notre-Dame de Paris » ou « Kirikou et Karaba »… Victor Bosch est un touche-à-tout génial qui semble transformer en or tout ce qu’il aborde, ce qui lui vaut quelques solides jalousies dans le petit milieu de la culture !

Nous avons tout de suite le « fit »… Ce qui me plaît chez lui, au-delà de sa personnalité très charismatique, c’est sa vision et son ouverture d’esprit. Il refuse la culture « snob » réservée à quelques happy-few, chère, faussement impertinente, endogamique, inaccessible et « branchée ». Il pense que la culture doit être un plaisir et non une « souffrance ». Il croit que, pour être libre et indépendante, elle doit et peut être rentable : les spectacles grands publics pouvant financer les programmations plus pointues… Il a la conviction que les arts ne s’opposent pas entre eux mais se complètent, se fécondent, s’enrichissent. C’est ainsi qu’au Radiant, il a voulu une salle modulable, capable d’accueillir théâtre, danse, rock, opéra, humour, magie, poésie, musique de chambre jazz afin de toucher chacun et de réconcilier les genres. J’adhère à 100% à sa vision ! C’est aussi cette politique culturelle que j’essaye de mettre en place à Meaux.

JPEG - 108.8 ko
Echange avec Victor Bosch sous le haut-patronage de Pete Doherty…

Allez, je lui fais un peu de pub. Pour la saison 2015-2016 sont prévus Valérie Lemercier et Carmen, Romain Duris et le Quatuor Debussy, Olivier de Besnoit et l’ex étoile Marie-Claude Pietragalla, Christophe Willem et Tartuffe, Michel Jonasz et Bernard Pivot etc. Alléchant, non ?

En bref, Victor Bosch privilégie l’éclectisme plutôt que l’élitisme. La polyvalence plutôt que l’entre soi. Et ça marche ! Quand il a pris la direction de la salle en 2013, appelé par mon ami Philippe Cochet, député-maire de Caluire, la salle enregistrait 10 000 entrées par an, elle est passée aujourd’hui à 100 000. Un modèle à reproduire !

Au-delà de la problématique particulière de la culture, l’approche de Victor Bosch m’interpelle pour la France… La clé de sa réussite c’est d’arriver à faire tomber les murs artificiels entre les différentes expressions artistiques et de les rassembler sur un même lieu. Et si l’une des raisons du malaise en France n’était cette tendance, très cartésienne, que nous avons à classer, catégoriser, enfermer chacun dans des cases ? Absence de passerelle entre secteurs public et privé, étanchéité entre apprentissage et voie générale, fossé entre le CDI et le CDD…

Et si l’une des conditions du sursaut français n’était pas d’arriver à dynamiter les innombrables barrières qui empêchent la société française, dans sa diversité, d’avancer vers une réussite collective ? Une piste pour demain : appliquer « la méthode Victor Bosch » à la France ?

Qu’en pensez-vous ?

A bientôt,

Jean-François Copé

Partager cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Pour un droit d’asile intelligent, contribuons à l’accueil des réfugiés syriens !Lire cet article

Je défends depuis des années le concept d’une droite décomplexée. Elle a (...)

Trouble au sujet du double jeu de M. Erdogan face à DaechLire cet article

Les images de la ville-martyre de Kobané en Syrie assiégée par Daech sous l’œil impassible des militaires turcs, cantonnés à quelques centaines de (...)

Pour recevoir l'actualité de
Jean-François Copé

Ma Newsletter