La marche citoyenne du 11 janvier 2015

Chers Amis,

Il y aura un avant et un après ce 11 janvier 2015. J’ai ressenti une émotion infinie en marchant à Paris, Français parmi les Français.

C’était une foule magnifique de dignité, rassemblée au-delà de tous les clivages. C’est un jour qui fera date dans l’histoire de France.

En se mettant ainsi debout, le peuple de France a répondu de la plus belle des manières à ceux qui voulaient le mettre à genoux.

Quelle émotion aussi face au nombre impressionnant de chefs d’Etats et de représentants officiels venus du monde entier pour s’associer à notre deuil ! N’en déplaise à ceux qui dénigrent si souvent notre patrie, la France n’est pas un pays comme les autres aux yeux du monde entier. Qui d’autre peut réunir, côte à côte, dirigeants européens, africains, arabes, israéliens, dans ce rejet de la violence absolue ? Plus que jamais, ce soir, je suis fier d’être Français.

Oui, je le pense, il y aura un avant et un après ce 11 janvier 2015. Cette marche ne doit pas rester sans lendemain. Il n’y a plus de place pour l’angélisme. L’attente des Français exprimée aujourd’hui est immense. Le clivage gauche-droite est dépassé par l’impératif d’abattre le djihadisme terroriste. Nous devons gagner la guerre contre ces sectaires qui prennent prétexte de la religion pour radicaliser des jeunes, dans nos familles, nos écoles, nos quartiers, mais aussi, ne le nions pas, dans nos prisons, et les transformer en machines à tuer.

Notre arsenal policier et judiciaire est-il adapté ? A l’école, les professeurs sont-ils suffisamment aidés pour éviter certaines dérives fondamentalistes ? Les parents sont-ils efficacement alertés ou rappelés à l’ordre lorsque certains de leurs enfants viennent montrer, par leurs propos, leurs comportements, leurs messages sur Internet, qu’ils risquent de succomber aux sirènes de ces sectes ? Sans oublier la question lancinante de ces jeunes partis faire le djihad en Syrie et en Irak. Collectivement, nous allons devoir explorer de nouvelles pistes pour défendre notre modèle de liberté.

Enfin, ne nous trompons pas de combat, il ne faut en aucun cas laisser prospérer l’islamophobie. Nos compatriotes de confession musulmane étaient d’ailleurs innombrables dans les rues de France aujourd’hui pour le rappeler. Il ne s’agit pas d’une guerre de civilisations, mais d’une guerre pour la civilisation. C’est maintenant que tout commence.

Partager cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le « progrès » au service du sursaut français ?Lire cet article

La révolution des NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique, (...)

Le centenaire de la bataille de la Marne – Musée de la Grande Guerre du pays de MeauxLire cet article

Retrouvez ci-dessous mon discours, hommage à nos soldats et aux valeurs qui font de notre pays ce grand pays capable de se relever, de se dépasser (...)

Pour recevoir l'actualité de
Jean-François Copé

Ma Newsletter