L’hyper U, la basilique et les pivoines...

Tout a commencé par une lettre. Je vous la résume. Philippe et Muriel sont des amis de Bernard, maire-adjoint depuis des années à mes côtés à Meaux. On ne se connaît pas. Ils ne sont pas militants. Mais ils ont suivi de loin ma démission de la présidence de l’UMP, puis mon désir de revenir au contact des Français sur le terrain. Ils m’ont pris au mot. Ils veulent savoir si je suis vraiment le « bad boy » qu’on leur avait décrit dans les médias il y a un an, à des lieues de ce que Bernard leur dit de moi. A la fin de leur lettre, ils m’invitent à passer une journée avec eux, dans le Loiret. Chiche ? J’ai accepté.

Je suis donc revenu dans le Loiret. Une vieille connaissance que je « pratique » depuis mon service militaire effectué en partie à Orléans… Je suis retourné à la rencontre de cette France rurale tissée de champs, de fleuves et de forêts. Nichée entre la Beauce, le Val de Loire et la Sologne. Une France prospère, dynamique, innovante. Tellement loin des clichés sur une ruralité en perdition…

Notre périple a commencé à l’Hyper U de Baule au Sud de Meung-sur-Loire. Je le visite en compagnie de Jean-François et Dominique Borget, le couple qui dirige l’Hyper. Ils sont fiers de leur structure. Ils ont raison ! Près de 200 salariés, un magasin rentable, neuf, rutilant. Nous visitons tout, de pied en cap. Y compris les coulisses. Impressionnantes. Quelque chose du Ventre de Paris ou de Rungis. Des espaces gigantesques où les produits sont stockés. Des chambres froides. Une vraie boulangerie, où un artisan pétrit et cuit son pain… Je discute longuement avec le responsable de la gestion des stocks. On sympathise. Il aime son métier. La logistique c’est le nerf de la guerre. Et puis il se rend souvent à Meaux où vit une partie de sa famille. Il me dit qu’il aime bien ma ville… Je ne crois pas qu’il « fayote »… Un type bien ! :)

Poursuite de nos échanges dans les bureaux situés au-dessus du magasin. Plusieurs salariés me racontent leurs parcours. Je suis frappé d’une chose : la qualité de la gestion des carrières. L’un était commerçant, mais le management lui manquait. Il rentre à l’Hyper. Fait ses classes. Est repéré. Devient manager et gère aujourd’hui une belle équipe. Il est comblé. Un autre a lui aussi gravi tous les échelons. Il vient, avec l’aide de Jean-François et Dominique, d’ouvrir un Sport 2000 à côté de l’Hyper. L’autre a commencé en apprentissage, passe de la logistique au rayon bazar, demain au rayon boucherie, il aime découvrir de nouveau métiers tout en montant en grade. Des modèles de réussite. Des hommes et des femmes heureux ! Et puis il y a beaucoup de respect et d’amitié entre salariés et patrons. Ils s’appellent par leurs prénoms, se connaissent, s’apprécient…L’entreprise ce n’est pas nécessairement la lutte des classes. La grande distribution ce n’est pas nécessairement la loi de la jungle…

Nous partons visiter la basilique de Cléry-Saint-André. Si vous le pouvez un jour, allez la découvrir. Louis XI, qui a brillamment assuré la transition entre la France de la Guerre de Cent ans et celle de la Renaissance, et Dunois, le compagnon de Jeanne d’Arc y sont enterrés. Le père Olivier et le père Robert, actuel et ancien curés de la paroisse, m’accueillent avec le maire de la commune. Leur basilique est très belle. Voûtée d’ogives. Aérienne… A vous donner un torticolis ! C’est un condensé de l’histoire de France. Rasée par les Anglais puis relevée par louis XI, partiellement détruite durant les guerres de Religion puis reconstruite par Louis XIII, vandalisée pendant la Révolution puis restaurée par Viollet-le-Duc. Au gré des époques, des hommes ont toujours trouvé des ressources pour la relever…. Une métaphore du sursaut français ?

Déjeuner chez Philippe et Muriel, en mode groupe de parole sur la France, avec une vingtaine de leurs amis : médecins, gendarme, artisans, avocat, notaire, retraités… Des inquiétudes, des espoirs, des débats, des rires…Des moments très personnels. Cela restera entre nous !

Une étape particulièrement marquante dans l’après-midi : visite d’une exploitation agricole près de Beaugency. Des terres magnifiques. En bord de Loire. A deux pas de la Sologne. Les parents me présentent Maxime, leurs fils, qui prend progressivement la relève. Ce sera la cinquième génération. Beauté de la transmission d’un patrimoine, d’un savoir-faire, d’une excellence française. Ils me bluffent par leur créativité. La maman de Maxime s’est lancée dans la culture des pivoines… « Oh, j’en fais moins qu’avant » me dit-elle… Combien ? « 35 000 cette année ». « Rien que cela ! » Le sens des quantités est tout relatif ! Quant à Maxime, le fils, il me raconte qu’il vient de faire une bonne affaire. Un coup de gel au Canada a entraîné une augmentation des cours du colza européen. Il a tout de suite vu l’opportunité et s’est empressé de vendre le sien en direct. Notre agriculture qui gagne dans la mondialisation… Pourtant, ils me confient leur lassitude d’être pointés du doigt comme « les méchants céréaliers »… Oui, ils réussissent, mais ce n’est pas une honte ! Ils s’inquiètent aussi d’un rejet de l’Europe irrationnel : ils savent bien, eux, ce qu’ils doivent à la PAC… L’Europe n’est pas parfaite –loin de là- mais il ne faut pas oublier ce qu’on lui doit. Considération et mesure, deux mots qui manquent trop dans nos discours habituels…

Et puis j’achève cette journée avec les militants de Montargis chez mon ami le député maire, Jean-Pierre Door. Je suis venu si souvent ici. Joie de retrouver tant de visages connus. On discute librement. Du passé, un peu. De l’avenir, beaucoup. Je vous raconterai un jour ce que nous nous sommes dit. Cela avait un lien avec les conditions à réunir pour imaginer, le moment venu, un nouveau « sursaut français »…

Cette semaine, je suis à Washington et New-York, dans le cadre du groupe d’amitié France-Etats-Unis que je préside à l’Assemblée. Nous allons parler de terrorisme, de Traité Nord-Atlantique, de gaz de schiste, d’Iran, d’Hermione, de French-Tech… Ce sera passionnant ! Je vous raconterai !

A très bientôt

JFC

Partager cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Carnet de voyage (1)Lire cet article

Passionnante série de rendez-vous à Washington sur la situation au (...)

Que reste-t-il du 11 janvier ?Lire cet article

« Que reste-t-il du 11 janvier ? » Est-ce une question provocatrice ? Un « teasing » polémique ? Une « punch-line » ? Un pavé dans la marre ? Pas (...)

Pour recevoir l'actualité de
Jean-François Copé

Ma Newsletter