Contre le harcèlement scolaire, facilitons la prise de parole

Insultes, violence gratuite et répétée, humiliations, en cours, aux interclasses, après l’école sur les réseaux sociaux : le harcèlement scolaire prend des formes multiples et tenaces. Les conséquences psychologiques et physiques sont dramatiques, dévastatrices pour nos enfants harcelés. Des enfants qui crient bien souvent leur désespoir en silence car ils ont peur d’être jugés, peur d’être accusés.

D’année en année, notre société prend conscience de cette réalité terrible et muette. Mais ce sont encore plus de 700 000 enfants qui souffrent chaque année de harcèlement scolaire, ce sont près de 500 incidents graves qui sont recensés chaque jour. Le combat dans nos écoles, dans nos maisons, dans notre quotidien doit continuer et s’intensifier.

L’action nationale de sensibilisation est forte. Le 9 novembre s’est notamment tenue la Journée annuelle nationale « Non au harcèlement ». Tout en informant et formant sur le sujet, elle a permis d’insister sur le rôle décisif des témoins pour prévenir le harcèlement et lutter contre.

Seulement, cette action nationale ne peut suffire à éradiquer le phénomène et à guider et accompagner ceux qui en ont besoin. En complément, l’action locale est nécessaire et même indispensable.

À Meaux, j’ai déclenché cette année le projet « H ». Fin 2016, j’ai rencontré Nora FRAISSE sur le plateau de C à vous lors de l’adaptation en film de son livre Marion, 13 ans pour toujours. J’avais été bouleversé par son témoignage et par son engagement pour combattre le harcèlement scolaire partout en France. Le harcèlement scolaire est un sujet sur lequel je suis extrêmement sensible parce que j’ai été témoin en tant que maire de plusieurs situations de cette nature. J’ai alors décidé d’établir un véritable plan d’actions contre le harcèlement scolaire à Meaux.

J’ai mis en place un large partenariat avec les différents services municipaux concernés, l’Éducation nationale, les acteurs associatifs, les familles et leurs enfants. Cela nous rend plus fort et plus efficace pour vaincre ce sujet tabou. Après avoir sensibilisé les professionnels du territoire, nous nous sommes adressés aux familles, confrontées directement aux difficultés vécues par leurs enfants. Le 24 avril 2017, nous avons accueilli Nora FRAISSE et Noémya GROHAN – auteur du livre De la rage dans mon cartable – pour une conférence-débat ouverte à tous en mairie. En mai, 6 collèges meldois ont été sensibilisés au harcèlement. En octobre, la Ville a participé au French Blue Shirt Day pour attirer l’attention des Meldois sur ce sujet dans l’espace public.

La mobilisation a été transversale et sur toute l’année pour faciliter la prise de parole à tous les niveaux et faire connaître les solutions afin de mettre un terme au harcèlement sur le territoire.

Élus locaux, associatifs ou simples citoyens, nous pouvons agir pour aider nos 700 000 jeunes à retrouver un quotidien apaisé et sans souffrance.

Mobilisons-nous et réagissons !

Partager cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Le "nettoyage ethnique" des Rohingyas : le silence jusqu’à quand ?Lire cet article

Une tragédie est en train de se dérouler au Myanmar - l’autre nom de la Birmanie - sans que personne ne semble s’en préoccuper. Les Rohingyas sont (...)

Pour recevoir l'actualité de
Jean-François Copé

Ma Newsletter