Ca suffit ! La guerre est en France, assumons-le enfin !

Un sentiment d’horreur absolue m’anime ce matin. L’image de ce camion barbare dans la foule innocente à Nice va hanter pour longtemps nos consciences. Je pense à toutes les victimes, les femmes, les hommes, les enfants. A toutes les familles brisées dans leur cœur et dans leur chair. A tous ces Français tués ou blessés ce soir du 14 juillet 2016 car ils fêtaient simplement notre patrie. Par cette date qui n’a rien de neutre, c’est évidemment l’ensemble de la France et de ce qu’elle représente qui était ciblé.

La compassion et le deuil sont indispensables. Mais ils ne peuvent en aucun cas suffire. Nous ne combattrons pas le terrorisme avec des bougies, des cérémonies et des larmes. Le temps est venu d’agir fort et de tirer –enfin- toutes les conséquences de ce nouvel attentat.

Cela fait maintenant plus de 18 mois que les terroristes frappent, régulièrement, massivement, notre pays, ses symboles, sa civilisation : journalistes, juifs, policiers, jeunesse, citoyens... Cela fait 18 mois que nous savons que nous avons à affronter la pire menace sur notre sol depuis plus de cinquante ans. Cela fait 18 mois que plus personne ne peut nier, et depuis très longtemps en fait, que nous avons changé d’époque : que le temps de l’insouciance post effondrement du bloc de l’Est est révolu, que nous sommes en guerre et que nos démocraties doivent assumer sans faiblesse que la sécurité est la première de nos libertés.

Ces conclusions, le Président François Hollande aurait dû les tirer clairement dès janvier 2015. La vérité est que, s’il a mis en œuvre quelques mesures nécessaires, il n’a absolument pas pris la mesure de l’ampleur de la menace. Il n’a pas tout fait, et ne fait toujours pas tout ce qu’il faudrait pour gagner la guerre contre le terrorisme islamiste. Le prolongement de l’Etat d’urgence, l’appel à la réserve nationale et le maintien de l’opération sentinelle que l’on vient d’annoncer sont des mesures de communication qui ne changent pas la donne.

Il n’y avait qu’à regarder la triste interview du Président François Hollande à la suite du défilé du 14 juillet hier pour comprendre que l’exécutif n’a pas du tout pris la mesure du danger et se contente d’une indolence coupable ! De quoi a-t-on parlé ? De coiffeur, de Macron, de fin de l’Etat d’urgence… Dérisoire décalage… Quelles sont les décisions phares de François Hollande ces derniers mois ? Dépenser 6,5 milliards d’euros en cadeaux électoraux démagogiques ! Cet argent aurait été infiniment mieux utilisé à renforcer nos forces de sécurité et de renseignement…

Alors, cela suffit. Je ne veux pas que nous attendions de nouveaux attentats et de nouvelles victimes pour enfin agir. Il faut frapper fort, tout de suite, maintenant. Je préconise depuis des semaines maintenant un plan de bataille massif que je détaillais dans ce blog le 21 juin dernier.
Je propose un plan de bataille contre le terrorisme islamiste.

Comme après chaque nouvel attentat islamiste, les politiques se pressent pour faire de grandes déclarations d’intention et formuler des propositions. Aux « plus jamais ça ! » péremptoires succèdent les préconisations, la question étant rarement posée de leur portée pratique ou de leur pertinence. On en connaît pourtant les limites : l’échec prévisible, au terme d’un débat désastreux, de la tentative de réforme constitutionnelle sur la déchéance de nationalité ou la proposition, cent fois martelée, d’expulser les étrangers ou les binationaux en lien avec le terrorisme sans que personne jamais ne dise que cela se fait déjà et ne suffit visiblement pas…

Le temps est venu de changer notre manière de raisonner. Non seulement cette surenchère ne règle rien mais en plus elle accrédite le sentiment, angoissant pour les Français, d’une forme d’impuissance politique. Nous sommes prisonniers de vieux modes de pensée alors que la menace à laquelle nous devons faire face est entièrement renouvelée.

Rompons d’abord avec un argument qui confine à l’absurde : celui selon lequel se doter de moyens efficaces de lutte contre le terrorisme serait incompatible avec l’Etat de droit. C’est tout l’inverse ! Il n’a jamais été écrit nulle part que la démocratie était condamnée à la faiblesse lorsque ses fondements et son existence sont menacés. Bien sûr, l’équilibre entre sécurité et liberté est toujours difficile à trouver. Mais ces deux objectifs n’ont rien d’inconciliable, surtout si l’on considère qu’aucune liberté n’est possible sans le prérequis de la sécurité. Se donner les moyens légaux de mener la guerre contre le terrorisme est la condition sine qua non de la préservation d’un Etat de droit démocratique. Ce qui jusqu’à présent a manqué, c’est un constat clair et une volonté politique forte.

Le constat : il est simple. Par naïveté et angélisme, nous avons peu à peu baissé la garde, voulant croire que le temps des menaces était révolu. Résultat, aujourd’hui, face au terrorisme, nous manquons de tout : trop peu de moyens humains, techniques et financiers, pas assez de prévention, un suivi judiciaire insuffisant et un arsenal législatif inadapté.

Le temps est venu de la volonté politique : mettre en œuvre un plan réaliste et efficace de lutte contre le terrorisme qui tient en trois points.

I. D’abord, les moyens  : je le dis depuis des mois, la France est vulnérable car sous-sécurisée. Je propose, et je suis le seul à le faire, la création de 50 000 emplois dans le régalien : 20 000 policiers et gendarmes, 10 000 policiers municipaux, 10 000 magistrats et gardiens de prison, 10 000 militaires. C’est une nécessité si nous voulons vaincre le terrorisme !

II. Ensuite, la réorganisation de notre système de renseignement qui seul permettra de repérer les djihadistes avant qu’ils ne passent à l’acte. A cet égard, trois propositions.

1. Premièrement, priorité à la rationalisation : le renseignement à Paris, qui dépend de la préfecture de police, doit passer sous l’autorité de la DGSI. Cela permettra d’éviter ce qui s’est passé lors de la filature des frères Kouachi et que l’on ne sache plus qui doit les suivre quand ils se déplacent entre Paris et Reims !

2. Deuxièmement, privilégier l’efficacité en créant une « NSA » à la française, c’est-à-dire une agence technologique du renseignement. Cela permettra d’investir massivement dans le renseignement technologique alors que les moyens sont aujourd’hui éclatés entre la DGSI, la DGSE, la DGPN et le renseignement militaire. Cela assurera, en fusionnant qui plus est l’ensemble des fichiers, que l’ensemble des services dispose de tous les éléments. Les britanniques ont fait ce choix en créant le GCHQ (Government Communication Headquarters).

3. Troisièmement, ce doit être l’occasion d’investir massivement le cyber-renseignement afin d’infiltrer efficacement des réseaux qui de plus en plus se développent par ce biais et d’entièrement mettre à jour et réformer le désormais célèbre « fichier S » pour le rendre réellement opérationnel en établissant, notamment, un classement de dangerosité.

III. Enfin, je propose la mise en place d’une chaîne juridictionnelle et pénale dédiée à la lutte contre le terrorisme. Point n’est ici question de mettre en place une justice d’exception mais d’adapter notre droit à des actes qui ne sont pas des infractions comme les autres avec pour objectif de protéger les Français et lutter sans merci contre ceux qui veulent asservir la République et menacent notre modèle démocratique,

1. Cela suppose la mise en place d’un dispositif préventif visant ceux qui constituent une menace, qu’ils soient de retour de djihad ou identifiés en France comme potentiellement dangereux.

Articulé en deux temps, il consistera en la création d’une rétention anti-terroriste administrative « préalable » de 150 jours, décidée par l’autorité administrative, sur le fondement des renseignements recueillis par les services de sécurité et placé sous le contrôle du juge administratif puis, au terme de ces 150 jours de rétention, la mise en œuvre d’une chaine pénale dédiée qui décidera de l’incarcération des individus, de leur assignation à résidence, de leur placement sous contrôle judiciaire ou du maintien d’une simple surveillance.

2. Par ailleurs, en complément de la cour d’assises spéciale qui n’est, par définition, compétente que pour les actes criminels, devront être créés un Parquet national spécialisé, ainsi qu’une chambre anti-terroriste spécifique au TGI et à la Cour d’appel de Paris. Ces formations du siège seront dotées de moyens conséquents leur permettant de statuer dans un délai de six mois maximum (d’où la nécessité de créer des postes de magistrats supplémentaires !).

3. Et cette chaine pénale doit s’étendre au milieu carcéral avec la construction d’un établissement pénitentiaire pour détenus djihadistes et la transformation de l’administration pénitentiaire en « police » pénitentiaire (ce qui sous-entend la création d’un vrai service de renseignement pénitentiaire et d’un suivi des individus dans les mois qui suivent leur libération). Cet établissement est une priorité compte tenu du danger majeur que constitue la porosité avérée entre radicalisation islamiste et petite délinquance de droit commun.

Seule cette réforme permettra d’incarcérer des individus fichés S considérés comme « hyper-dangereux » et qui, sans que nous ayons eu les moyens de les en empêcher, sont ceux qui ont principalement commis les derniers attentats sur le sol français.

Voilà, comment, en trois points extrêmement concrets, nous pouvons mettre en place des procédures et des structures efficaces qui nous permettront de gagner la guerre contre le terrorisme. Ce plan de bataille n’a rien d’irénique, rien d’infaisable et rien d’inconstitutionnel. Sa mise en œuvre dépend de la volonté politique d’en finir ou non avec une menace islamiste qui parie explicitement sur la supposée faiblesse de nos démocraties.

Ayons le courage d’agir enfin, pour sauvegarder notre identité, nos valeurs, notre mode de vie, nos libertés, tout ce qui fait la France et que nous devons à tout prix préserver de la barbarie !

Partager cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Commentaires

  • meallier roger

    , par meallier roger Répondre

    Comme l’Italie qui avait créé en son temps une cellule anti mafia au niveau de la magistrature nous devons donner plus de moyen aux juges antiterroriste et à la police et la gendarmerie
    bravo jean Francois pour tes propositions dommage qu’il faille encore attendre 1 an
    amitiés

  • FP

    , par FP Répondre

    Monsieur J.F Coppé,

    Vos mesures préconisées semblent nécessaires. Les mettre en oeuvre rapidement serait souhaitable.
    Mais ne pensez-vous pas qu’il faudrait dans le même temps stopper ou au moins réduire et contrôler l’immigration étrangère dans notre pays ?

    Merci pour votre réponse ( sans langue de bois svp )

  • SEUBILLE

    , par SEUBILLE Répondre

    Il est grand temps , que l’état agisse avec certaines fermeté , concernant les attentats en France mais il faut que tout le monde y mette du sien, les divers Polices même les gendarmeries des petites communes mais aussi que les tribunaux condamne à des peines d’une certaines
    fermeté comme cela se doit

  • Alexandre Aussedat

    , par Alexandre Aussedat Répondre

    Merci de votre combat politique Jean-François Copé.
    Sur les réseaux sociaux, on voit une exaspération des Français face à la montée de l’instabilité politique ces derniers jours.
    Les services secrets et la Défense ont besoin sans doute de moyens nouveaux.
    Votre préoccupation de paramétrer une NSA à la française est une idée, je crois quant à moi en l’importance du Renseignement humain.
    Bien à vous,
    Alexandre Aussedat
    Twitter alexaussedat

  • Nico

    , par Nico Répondre

    Prenons nos responsabilités et commençons le ménage ...
    stop au laxisme , assurons la protection des Français et de ceux qui aime la liberté et la France .

  • Yvars Jacqueline

    , par Yvars Jacqueline Répondre

    Je suis tout à fait d’accord avec toutes ces mesures et les terroristes devraient être rapidement jugés et ne sortir de prison que’au moment où il n’y aura plus de risque . Nous sommes en guerre ;il faut l’admettre .
    Je suis révoltée quand j’entends un avocat dire que son client déprime ( il a même une salle de sport ! Pense-t-on aux familles des victimes qui pleurent et aux blessés qui souffrent ; C’est tout simplement HONTEUX !
    Alors merci Jean-François Coppé d’avoirs des paroles fortes dont le pays a besoin et savoir surtout que les actes suivront . }

  • Françoise Martin

    , par Françoise Martin Répondre

    tout à fait d accord avec vos propositions , Le Général DE Gaulle , n avait pas hésité lors de la guerre d Algérie et des attentats commis en France , à placer, en centre de retention gardé par des militaires , les éventuels terroristes .par ailleurs il serait nécessaire de remettre en vigueur , les peines planchers , vu les orientations actuelles de la magistrature !!!!
    cordialement
    F Martin magistrat honoraire

  • Gandebeuf

    , par Gandebeuf Répondre

    Oui ! je crois qu’il est temps de prendre des mesures efficaces. Maintenant que cette guerre est installée, il sera très difficile et long d’y mettre un terme. Je partage les idées des REPUBLICAINS, mais tous ensemble , il vous faut mettre déja mettre en place vos projets.
    Tous les individus fichés doivent être incarcérés , mais pas assez de prisons et d’établissements spéciaux pour les suivre !
    Plus de contrôle avec plus de gendarmes et de policiers. En effet on ne voit jamais personne dans les rues .

  • geo12

    , par geo12 Répondre

    je soutiens JF Copé mais il est urgent que ses propositions puissent être mises en œuvre car la colère gronde et on ne va pas continuer à se laisser assassiner comme des lapins ou des moutons sans riposter :-O

  • Tetricus

    , par Tetricus Répondre

    Monsieur Copé , félicitations .
    Ancien fonctionnaire de Police , j’ oserai avancer qu ’ il y a suffisamment de policiers et de gendarmes à condition qu ’ on leur donne beaucoup plus de pouvoir .
    Quand on demande aux policiers de se sauver devant certaines situations sous le prétexte de ne pas apporter d’ avantage de troubles où est le devoir de ce que "Force doit rester à la Loi " ?
    Ne serait-ce qu ’ à faire appliquer l’interdiction du port de la Burka qui est un signe de contestation à la laïcité , et par ce fait la porte ouverte à l’ islamisme .
    Je voudrai rappeler aux policiers par votre intermédiaire qu ’ en pareil cas ,il ne suffit pas de mettre une contravention en cas d’ infraction , mais qu ’ il faut également faire cesser l’ infraction sur le champ et qu ’ en cas de refus d’ obtempérer à l’ ordre donné , cela devient un délit avec toutes les conséquences qui peuvent suivre ( conduite au commissariat , garde à vue , présentation devant le tribunal etc ..)
    Or , comment luter contre l’ islamisme si on n’ est même pas capable de faire respecter une simple interdiction qu ’est le port de la Burka ?
    Bien cordialement
    Jean Guibon

  • Saint Pierre Roger

    , par Saint Pierre Roger Répondre

    D’accord avec vous sauf pour les magistrats. Ce ne sont pas les terroristes qu’ils ont affichés sur le mur des cons. Plus nous aurons de juges, plus il y aura de délinquants relâchés et plus de récidivistes.

  • lorthiotjp

    , par lorthiotjp Répondre

    j’approuve et tous étrangers condamnés doivent être expulsés de FRANCE ;

  • GILLY Thérèse

    , par GILLY Thérèse Répondre

    Hélas, depuis ce tragique 14 juillet, face à l’horreur de ce qui a été perpétré à Nice, je suis submergée par l’émotion et la compassion , par les larmes , tout en étant révoltée par l’angélisme aveugle, imprudent, impuissant de nos gouvernements .
    Merci infiniment pour votre lucidité et fermeté, vos propositions fortes qui stimulent notre réflexion et action pour faire face sans céder à la peur.

  • Jacques

    , par Jacques Répondre

    On ne peut pas, on ne peut plus continuer ainsi.! Sinon, nous n’en finirons plus de compter nos morts. Je suis donc totalement en phase avec les propositions de JFC. Volonté, courage, fermeté, c’est ce triptyque que doit avoir dans la peau notre nouveau président. Il faut en effet réorganiser nos services de renseignements, pour les rendre plus efficaces encore. Il faut infiltrer massivement les mosquées, les quartiers. Expulser sans état d’âme, les imams et tous ceux qui prônent la haine de la France, de ses valeurs, de ses racines. Expulser, tous les étrangers condamnés pour des délits de droit commun. Rétablir un contrôle aux frontières, et placer tous ceux qui reviennent du "Djihad" dans des centres de rétention. Il faut aussi écouter, les spécialistes de l’islam, reconnus, tel par exemple Monsieur Mohamed Sifaoui, qui dit tellement de choses sensées, qui connait si bien la mentalité des gens du Magrebh.
    De nombreux français de confession musulmane, souffrent aussi de voir tout ce qui se passe. Alors il faut leur dire, que ce n’est pas de la délation que de prévenir, de dénoncer ce qu’ils sentent, ce qu’ils voient. Non, c’est tout simplement participer à leur propre sécurité et à celle de leurs enfants.
    Enfin OUI à l’Etat d’Urgence, puisqu’on est en guerre. ! Mais pas un état d’urgence comme à Nice, car s’il y avait eu un vrai "checkpoint" , ce camion n’aurait pas fait 10 mètres sur la Promenade des Anglais.
    NE PLUS RECULER.... en rien.!!!

  • christian CHEVALIER

    , par christian CHEVALIER Répondre

    Bonjour, ou plutôt mauvais jours en perspective.
    Il y a quelques décennies, nous avons demandé de l’aide pour virer l’occupant qui venait se servir chez nous ;
    Maintenant, nous avons trouvé la solution idéale :
    Nous payons et engraissons l’ennemi pour qu’il vienne sur notre sol nous botter le cul.
    Par contre, nous avons une bande de paons qui viennent à la télé.... ce qui, en fin de compte est bénéfique, car "notre" président a promis de relancer l’économie.... il y arrive, en relançant la fabrication de bougies, la culture des fleurs, et la fabrication de mouchoirs papier pour écraser les larmes du Sinistre de l’Inférieur.

  • IT

    , par IT Répondre

    Il faut bien que quelqu’un bouge, enfin, c’est ce que nous attendons. Plus de compassion, plus de cérémonie mais se battre pour la vie et pour enfin éradiquer ce fléau. Un État plus fort faisant fasse à la réalité, enfin ! Se donner les moyens, y croire, l’envie de se battre pour en finir.

  • Mme CHODANOWICZ Regina

    , par Mme CHODANOWICZ Regina Répondre

    Cher Monsieur Copé,

    Je suis entièrement d’accord avec vous pour prendre des mesures plus fermes vis-à-vis des terroristes, le laxisme actuel en France me donne envie de hurler !

    Si jamais vous devenez président de ce beau pays qu’est la France, j’espère que vous prendrez des mesures pour supprimer la réforme de la Justice de Taubira avec sa traînée de laxismes et que vous ferez des lois pour expulser définitivement de la France des criminels et des terroristes étrangers, voir d’origine étrangère.
    Cordialement,

    Regina Chodanowicz

  • delobel claude

    , par delobel claude Répondre

    Cher Jean François,

    Il me semble que dans votre stratégie pour lutter contre le terrorisme face à des individus fichés S et Français de surcroit :
    Si vous rétablissiez le Service Militaire obligatoire pour une durée de 12 mois minimum :
    Vous auriez moins de délinquants qui se radicaliseraient car c’est souvent dans ces tranches d’âges qu’ils se radicalisent. Les suspects seraient vite identifiés et d’autre part cela désengorgerait les cités des mafieux qui s’en donnent à coeur joie en vendant de la drogue la aussi vous pourriez les mettre aux pas.
    A ce jour sans service militaire beaucoup de jeunes gens ne se reconnaissent plus dans notre patrie LA FRANCE.
    Merci de votre réponse
    Cordialement

  • Didier A.

    , par Didier A. Répondre

    Monsieur le Ministre,
    tout à fait d’accord avec vous
    Didier A.

Ne reculons pas sur le « Burkini » ! Défendons les valeurs de la France !Lire cet article

La journée « burkini », organisée par une une association musulmane qui a (...)

« Out is out ! »Lire cet article

Les Britanniques ont fait le choix de sortir de l’Union européenne. C’est une décision souveraine qu’il faut pleinement respecter. Il s’agit aussi (...)

Pour recevoir l'actualité de
Jean-François Copé

Ma Newsletter